• Actualités

    Retrouvez les dernières actualités de la compagnie Tabarmukk.
    Voir le blog
  • Agenda culturel

    Les expositions, spectacles et autres manifestations que celles de Tabarmukk, sur lesquelles nous souhaiterions attirer votre attention.
    Aller à l'agenda culturel
  • Projets

    Ayez un avant-goût des projets futurs de Tabarmukk !
    Consulter les projets
  • 1
  • 2
  • 3

Actualités de Tabarmukk

  • Chats Noirs Souris Blanches

    Ils vont devoir à apprendre à vivre ensemble. Ou mourir. Louisiane, 1863, dans une Amérique en pleine guerre de sécession...

     

    Lucien Bontemps dirige d'une main de fer une plantation de coton héritée de ses parents et dans laquelle travaillent une cinquantaine d'esclaves.
    Son frère Pierre, censé l'aider à la tâche n'est intéressé que par une chose : la musique, ce que Lucien a beaucoup de mal à accepter.
    La musique justement, c'est ce qui va rapprocher Pierre de 3 esclaves : Emilien, Antoine et Azalée.
    Antoine, trop attaché à son idéal de liberté pour mourir en esclave, prépare en secret une révolte et tente de protéger Emilien de sa spontanéité aux accents naïfs qui le rapprochera d'Azalée, humaniste convaincue que l'esclavagisme peut finir par la voie pacifique. 
    Liés par leur sort et par la musique, ces 5 héros malgré eux vont tenter, tant bien que mal, de survivre à cette époque qui a marqué de son empreinte ambigüe l'histoire de l'humanité.
    Dure, tendre, parfois drôle et violente, une histoire simplement humaine.



    Voir la page

Agenda culturel

  • Elise raconte

      Elise Stocchetti raconte Andersen   Chers amis,Voici un petit cadeau de Noël à votre attention ! Un site Internet qui regroupe des contes que j'ai adaptés ou inventés et que j'ai eu le plaisir de raconter tout au long de ma vie. Lisez-les, écoutez-les et... racontez-les à votre tour ! "Car
    Voir la page

Projets de Tabarmukk

  • Saga Berbère

            D’ici ou d’ailleurs, érudits et néophytes, grands et petits  ! Laissez-nous vous dévoiler … L’Afrique du nord pendant l’antiquité.Du Nil à  l’Atlantique, de la Méditerranée au Niger.Les siècles s’effacent … nos ancêtres apparaissent. Imaginez…   Une promenade au milieu des siècles pour contempler les milles facettes des anciens  «  Amazigh   »
    Voir la page

Bienvenue sur l'agora de Tabarmukk !

 

Bienvenue et bonne promenade dans cet espace alternatif.

- L'équipe de Tabarmukk

Se connecter

Qui est en ligne ?

Nous avons 2 invités et aucun membre en ligne

Rechercher

La légende du Tabarmukk

Les trois sources d’un même fleuve.

 

Comme l’on quitte la maisonnée avec l’intention d’en revenir les bras chargés des victuailles du marché,

nous sommes parti un jour à la recherche de la signification exacte de Tabarmukk.

Et tel le rouge-gorge qui revient au nid le bec plein, nous nous en sommes retournés avec les trois petites histoires que voici.

 

Il y a bien longtemps, au temps d’Harun al-Rashid, vivait à Damas une riche famille de sultans appelés Barmekid.

D’illustre lignée, cette famille était reconnue pour sa grande générosité, son amour pour les arts et les sciences.

Sa cour était emplie de savants et de peintres. Chacun s’enorgueillit d’en être l’ami, le proche ou le parent.

Or, une particularité de la langue a permis à beaucoup de s’apparenter à la famille sans pour autant en usurper le titre.

En faisant précéder le nom d’une personne du préfixe TA, on obtenait un nouveau mot qui voulait dire : faire à la manière de . . .

Le Tabarmékid (devenu Tabarmukk) était donc celui qui faisait « à la manière de cette famille ».

Le Tabarmukk avait donc dans ses actes un comportement riche, noble et généreux.

 

Notre quête commençait donc par une question riche en espoir : Sommes-nous, nous aussi, des Tabarmukk ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Puis, plus tard, trouvé par hasard sur une vielle étagère poussiéreuse, branlante et à demi éclairée par la lune,

un vieux manuscrit nous a proposé, lors d’un voyage dans les pays d’Orient, une deuxième source pour Tabarmukk.

Ce terme curieux viendrait de deux mots du patois des environs de Damas au XII° siècle : 

« Teber » qui veut dire « Poussière d’Or » et « Mekken » qui veut dire « il n’y en a pas » !

Le Tabarmukk aurait-il donc la faculté de faire apparaître l’Or du néant ?

 

Notre quête se précisait alors d’une deuxième question aussi riche que la première :

Saurons nous trouver l’Or dans le sable du désert ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Et enfin, au détour d’une rue serpentine, dans le souk d’une petite ville au bord du désert,

la troisième source nous fut racontée par un vieil homme aveugle.

« Tabarmukk vient d’une histoire vraie, nous dit-il, dans laquelle un marchand persuada un sultan

qu’il était capable de faire de l’Or avec un grand nombre d’ingrédients mêlés à quelques boulettes

d’une pâte venue d’un lointain pays : le Tabarmukk. En faisant fondre le tout,

on pouvait voir couler du creuset une petite quantité d’or. Les boulettes qu’il avait lui-même confectionnées étaient truquées.

Le marchand, grand conteur, donna la fable. Le sultan, spectateur privilégié, vit ce qu’il voulait voir. »

Le vieil homme parti d’un rire franc et nous restâmes là, le sac plein d’une nouvelle interprétation.

 

Alors vint la troisième question : saurons-nous transmuter en Or ce que nous touchons ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Transformer en or ce que nous faisons en nous enrichissant nous-même et les autres,

se mettre au service du beau, améliorer le quotidien et l’humain : ne serait-ce pas là une belle définition de l’art ?

 

Abonnez-vous à la newsletter