• Actualités

    Retrouvez les dernières actualités de la compagnie Tabarmukk.
    Voir le blog
  • Agenda culturel

    Les expositions, spectacles et autres manifestations que celles de Tabarmukk, sur lesquelles nous souhaiterions attirer votre attention.
    Aller à l'agenda culturel
  • Projets

    Ayez un avant-goût des projets futurs de Tabarmukk !
    Consulter les projets
  • 1
  • 2
  • 3

Actualités de Tabarmukk

  • Robespierre, l'insoumis

     

    En application aux mesures gouvernementales liées à la crise sanitaire actuelle,

    les représentations ont été annulées

    Cette pièce raconte la mise à mort de Maximilien Robespierre où deux tendances politiques s'affrontent.

    Chaque mot est un cri, chaque silence est une souffrance, le suspense y est permanent bien que l'on connaisse l'aboutissement de l'histoire, ce pour découvrir des hommes au cœur de la Révolution , pétris de conviction, d'amour, de haine, de lâcheté et de peur.

    Le 9 thermidor apparaît dans l'histoire de la révolution française comme le terme d'un épisode dramatique : La Terreur.

    Période sanglante de la Révolution où des milliers d'hommes et de femmes ont été guillotinés soit pour leurs idées, soit pour leur croyance, soit pour leur appartenance à un milieu social, mais le plus souvent guillotinés pour rien, uniquement par intérêt, par cruauté, par délation, guillotinés bien souvent sans procès.

    Un homme incarne à lui seul la Terreur. C'est homme, c'est Robespierre.

    Le 9 Thermidor est la date de sa chute à l'Assemblée et depuis ce jour il est aux yeux de notre histoire le grand responsable moral de la Terreur.

    Sans chercher à disculper Robespierre, sans vouloir transformer son image en celle d'un héros martyr, il est utile, pour l'honnêteté historique d'écouter ce qu'il a dit, de lire ce qu'il a écrit. Robespierre a été condamné sans procès.

    Il m'a paru intéressant de mettre en scène une forme de procès posthume afin que chacun puisse se faire sa propre opinion.

    Dans cette pièce, c'est un vrai débat politique entre deux thèses majeures qui s'affrontent : la vertu et la réalité politique.

    Ce débat est plus que jamais d'actualité.

    En ce début du 21ème siècle, où les français sont en divorce relatif avec leurs politiques, il est peut être utile d'entendre à nouveau les grands principes de la Révolution française.

     

    Gilles Langlois

     

    Texte et Mise en scène de GILLES LANGLOIS

     

    Scénographie, décors et costumes : Philippe Varache

    avec

    Jean-Paul Audrain - Robespierre

    Gilles Langlois - Cambon

    Pascal Guignard - Fouché

    David Mallet - Billaud

    Fabien Floris - Tallien

    Olivier Bordin - Saint Just

    Philippe Varache - Couthon

     + d’info :

    LE TRICORNE   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

    Administration : Michelle Langlois   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

    Site : Le Tricorne

    Voir la page

Agenda culturel

  • Stage de conte en Bordelais

    Animatrice Martine Compagnon   Amoureux.se des histoires ? Envie de les partager ? En deux jours, le 7 et 8 octobre, venez sauter le pas !   Vous racontez déjà ? Partagez votre façon de faire avec de nouveaux partenaires... Vous débutez et frémissez à l'idée de vous lancer sans le support d'un texte ? Nous
    Voir la page

Projets de Tabarmukk

  • Saga Berbère

            D’ici ou d’ailleurs, érudits et néophytes, grands et petits  ! Laissez-nous vous dévoiler … L’Afrique du nord pendant l’antiquité.Du Nil à  l’Atlantique, de la Méditerranée au Niger.Les siècles s’effacent … nos ancêtres apparaissent. Imaginez…   Une promenade au milieu des siècles pour contempler les milles facettes des anciens  «  Amazigh   »
    Voir la page

Bienvenue sur l'agora de Tabarmukk !

 

Bienvenue et bonne promenade dans cet espace alternatif.

- L'équipe de Tabarmukk

Se connecter

Qui est en ligne ?

Nous avons 4 invités et aucun membre en ligne

Rechercher

La légende du Tabarmukk

Les trois sources d’un même fleuve.

 

Comme l’on quitte la maisonnée avec l’intention d’en revenir les bras chargés des victuailles du marché,

nous sommes parti un jour à la recherche de la signification exacte de Tabarmukk.

Et tel le rouge-gorge qui revient au nid le bec plein, nous nous en sommes retournés avec les trois petites histoires que voici.

 

Il y a bien longtemps, au temps d’Harun al-Rashid, vivait à Damas une riche famille de sultans appelés Barmekid.

D’illustre lignée, cette famille était reconnue pour sa grande générosité, son amour pour les arts et les sciences.

Sa cour était emplie de savants et de peintres. Chacun s’enorgueillit d’en être l’ami, le proche ou le parent.

Or, une particularité de la langue a permis à beaucoup de s’apparenter à la famille sans pour autant en usurper le titre.

En faisant précéder le nom d’une personne du préfixe TA, on obtenait un nouveau mot qui voulait dire : faire à la manière de . . .

Le Tabarmékid (devenu Tabarmukk) était donc celui qui faisait « à la manière de cette famille ».

Le Tabarmukk avait donc dans ses actes un comportement riche, noble et généreux.

 

Notre quête commençait donc par une question riche en espoir : Sommes-nous, nous aussi, des Tabarmukk ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Puis, plus tard, trouvé par hasard sur une vielle étagère poussiéreuse, branlante et à demi éclairée par la lune,

un vieux manuscrit nous a proposé, lors d’un voyage dans les pays d’Orient, une deuxième source pour Tabarmukk.

Ce terme curieux viendrait de deux mots du patois des environs de Damas au XII° siècle : 

« Teber » qui veut dire « Poussière d’Or » et « Mekken » qui veut dire « il n’y en a pas » !

Le Tabarmukk aurait-il donc la faculté de faire apparaître l’Or du néant ?

 

Notre quête se précisait alors d’une deuxième question aussi riche que la première :

Saurons nous trouver l’Or dans le sable du désert ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Et enfin, au détour d’une rue serpentine, dans le souk d’une petite ville au bord du désert,

la troisième source nous fut racontée par un vieil homme aveugle.

« Tabarmukk vient d’une histoire vraie, nous dit-il, dans laquelle un marchand persuada un sultan

qu’il était capable de faire de l’Or avec un grand nombre d’ingrédients mêlés à quelques boulettes

d’une pâte venue d’un lointain pays : le Tabarmukk. En faisant fondre le tout,

on pouvait voir couler du creuset une petite quantité d’or. Les boulettes qu’il avait lui-même confectionnées étaient truquées.

Le marchand, grand conteur, donna la fable. Le sultan, spectateur privilégié, vit ce qu’il voulait voir. »

Le vieil homme parti d’un rire franc et nous restâmes là, le sac plein d’une nouvelle interprétation.

 

Alors vint la troisième question : saurons-nous transmuter en Or ce que nous touchons ?

 

Coule, coule l’eau sous le pont.

 

Transformer en or ce que nous faisons en nous enrichissant nous-même et les autres,

se mettre au service du beau, améliorer le quotidien et l’humain : ne serait-ce pas là une belle définition de l’art ?

 

Abonnez-vous à la newsletter